L’association Paysages et Sites de mémoire de la Grande Guerre

L’association Paysages et Sites de mémoire de la Grande Guerre

(siège 1 Rue de Brissac Paris 75004)

drapeau-anglais

I/ Une fédération des départements du Front

Fondée le 12 juillet 2011, l’association « Paysages et Sites de mémoire de la Grande Guerre » fédère les  départements français du front occidental de la Grande Guerre hormis le Bas-Rhin afin de porter la candidature des « Sites funéraires et mémoriels de la première guerre mondiale. Front Ouest. »  sur la Liste du Patrimoine mondial. L’association est régie par la loi du 1er Juillet 1901 et le décret du 18 Août 1901. Composée initialement de 9 départements membres de droit, elle compte aujourd’hui 13 départements (Nord, Pas-de-Calais, Somme, Oise, Aisne, Seine et Marne, Ardennes, Marne, Meuse, Moselle, Meurthe et Moselle, Vosges, Haut-Rhin). Elle couvre ainsi l’intégralité de la partie française du front ouest de la Grande Guerre.

Cartepsmgg

Missions

L’association a pour mission de réaliser et de porter en coopération avec la Flandre et la Wallonie, le dossier transnational de candidature sur la liste du patrimoine mondial « Des sites funéraires et mémoriels de la première guerre mondiale. Front Ouest ». Elle se doit d’assumer le suivi et l’accompagnement de la candidature.

Calendrier du dossier porté de candidature porté en France par l’association Paysages et Sites de mémoire de la Grande Guerre

Calendrier de la candidature :

  • 1ère Etape : Réalisation du dossier 2011/2017

– 12/07/2011 : Création de l’association « Paysages et sites de mémoire de la Grande Guerre »

– 07/04/2014 : Inscription sur la liste indicative française : « Des sites funéraires et mémoriels de la première guerre mondiale. Front Ouest ».

– 30/01/2017 : Signature et dépôt du dossier  de candidature au Centre du patrimoine mondial par la Belgique en son nom et au nom de la France.

– 2017-juillet 2018 : Examen de la candidature par l’ICOMOS et le Comité du Patrimoine mondial et décision de ce comité de report d’examen de cette candidature. 

Quelques dates essentielles

  • 1er mars 2017: Le Centre du patrimoine mondial informe les autorités françaises de la complétude du dossier du point de vue formel et de sa transmission à ICOMOS (Conseil International des Monuments et des Sites).
  • Mai-juin 2017: Mise en place progressive de la mission technique d’évaluation de l’ICOMOS du bien
  • Septembre/octobre 2017: Mission sur place des experts.
  • Décembre 2017 : Première évaluation par le panel de l’ICOMOS
  • Mars 2018 : Deuxième panel : présentation des évaluations révisées et rédaction de l’évaluation finale non communiquée aux Etats.
  • Mai 2018 : Transmission aux autorités françaises de la recommandation d’ICOMOS au Comité du patrimoine mondial sur la candidature : inscription, renvoi, différé, non-inscription
  • Juin/juillet 2018 : Comité du patrimoine mondial : examen de la candidature des Sites funéraires et mémoriels de la Grande Guerre (font Ouest) pour son inscription sur la Liste du patrimoine mondial.
  • 2 ème étape- Juillet 2018 : Réunion à Bahrein du Comité du Patrimoine Mondial
  • Décision : 42 COM 8B.24
    • Sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale (Front Ouest) (Belgique, France)
    • Le Comité du patrimoine mondial,
    • Ayant examiné les documents WHC/18/42.COM/8B et WHC/18/42.COM/INF.8B1,
    • Rappelant les réserves exprimées concernant l’inscription de sites liés à des mémoires négatives,
    • Reconnaît que l’évaluation entreprise par l’ICOMOS peut être considérée comme valable jusqu’à sa 45session en 2021 ;
    • Décide d’ajourner l’examen de la proposition d’inscription des Sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale (Front Ouest), Belgique et France, jusqu’à ce qu’une réflexion globale ait eu lieu et que le Comité en ait débattu à sa 44e session et décidé si et comment des sites associés à des conflits récents et à d’autres mémoires négatives et controversées pourraient se rapporter à l’objet et au champ de la Convention du patrimoine mondial et de ses Orientations ;
    • Encourage les États parties à soutenir le processus de réflexion globale, notamment par des contributions ou par l’organisation d’une réunion d’experts ;
    • Note que la proposition d’inscription des Sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale (Front Ouest), Belgique et France, ne pourrait être examinée par le Comité qu’après un examen approfondi, par les Organisations consultatives, à la lumière de la décision du Comité susmentionnée, et après réception d’informations supplémentaires devant être fournies par les États parties concernés. 
  • Etape  actuelle : suivre la mise en place du groupe de réflexion fermé constitué d’experts formé sous l’égide de l’UNESCO et de l’ICOMOS pour examiner la recevabilité des dossiers mémoriels, c’est-à-dire examiner leur compatibilité avec le convention du patrimoine mondial de 1972 et celle de 2003. Ce travail conditionne le réexamen de notre dossier qui constitue une rupture dans la thématique des dossiers examinés jusqu’à aujourd’hui par le Comité du Patrimoine mondial.

    La Belgique continue à assurer le portage du dossier en collaboration avec la République française, elle est la seule interlocutrice du Comité du Patrimoine mondial et de l’ICOMOS.

    L’association assure la coordination générale et le suivi pour la partie française du dossier de candidature transnational franco-belge

    L’association mobilise son comité scientifique élargi aux chercheurs des Etats dont les morts reposent dans nos sites  afin de suivre et mener à bien de son côté, cette réflexio: examiner la recevabilité des dossiers mémoriels, c’est-à-dire examiner leur compatibilité avec le convention du patrimoine mondial de 1972 et celle de 2003. Pour répondre aux aspirations de membres du Comité du patrimoine mondial, des conventions de recherche (identification des morts et disparus par Etat) et d’échanges pédagogiques sont en cours de négociation à cet effet avec les Etats concernés.

  • Une méthodologie de travail a été définie par la direction du comité scientifique, un questionnaire guidant la réflexion sur les questions mémorielles va être diffusé à tous les membres du Comité. La Belgique en est destinataire. Un premier  rendu de ce travail aura lieu fin 2019 à Paris sous forme d’un colloque. Cette action est financée par une subvention dédiée de la DPMA.
    On ignore pour l’instant si le dossier subira ou non des modifications pour un nouvel examen de son inscription. Cependant il est évident que seuls les biens présentant une protection pourront être maintenus sur la liste de candidature.
  • Pour mener ces actions l’association s’assure d’une représentation à toutes les échelles territoriales.

II/ Une représentation à toutes les échelles territoriales

A- Qui se répercutent dans la composition du Bureau élargi

> Composition du Bureau proprement dit :

Les co-présidents :

  • Monsieur Nicolas Fricotteaux, président du conseil départemental de l’Aisne
  • Monsieur Jérôme Dumont, président du conseil départemental de la Meuse

Un président délégué et son vice-président

  • Président délégué : Madame Robcis Nathalie, Vice-présidente, conseil départemental des Ardennes
  • Vice-président délégué Serge Barcellini, Président du Souvenir français, membre fondateur,

2 vice-présidents

  • Monsieur Guillaume Duflot, Conseiller Départemental de la Somme
  • Monsieur Christian Bruyen, Président du conseil départemental de la Marne.

Un Coordinateur général

  • Monsieur Lionel Gallois Directeur des archives départementales du Pas-de   Calais

3 coordinateurs

  • Florie Dounel (Hauts de France)
  • F.Lesjean (Grand Est ouest)
  • Schoumacker (Grand Est Est)

Trésorier

  • JP Vinchelin (Meurthe et Moselle)
  • Trésorier Adjoint : Jean Klinkert, Comité du Monument National du Hartmannswillerkopf,

Secrétaire générale

  • M-M Damien, professeur émérite, membre fondateur

5 Représentants universitaires :

  • Xavier  Boniface,
  • Dominique Dendooven  (Belgique)
  • Serge Bernier  (Canada),
  • Lassima Simpore (Burkina Faso),
  • Paul Gough (Australie).

2 Représentants de sociétés savantes

  • Terres Ardennaises
  • ONG ASED Santé, Education et Démocratie rattachée aux Nations Unies (Afrique, Madagascar et Asie) partenariat actif avec Niger, Tchad, Bénin, Mali, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Togo….représente par Moussa Kanta (Niger)

2 Représentants des gestionnaires de sites 

  • Carole Novy VDK,
  • Liliane Chanson DPMA (Ministère des Armées)
  • Xavier Puppinck CWGC

Associations d’animation du territoire à toutes les échelles

  • Le Souvenir Français
  • Comité du Monument National du Hartmannswillerkopf,

Collectivités territoriales : membres non désignés

  • Régions • Hauts -de -France.
  • Région Ile de France
  • Région Grand Est
  • Parlementaire : Pierre Cordier

Ce bureau a été adopté à l’unanimité

Le Bureau de l’Association fait office de Conseil d’Administration. Il comporte un bureau exécutif et le Bureau proprement dit. Ce dernier se réunit au minimum une fois tous les deux mois, soit au minimum six réunions par an. Le bureau exécutif gère et examine les problèmes rencontrés entre les réunions plénières du Bureau.

III/ A l’échelle des départements : les comités départementaux et le travail de terrain

A- Les coordinateurs et leur rôle

Chaque Conseil départemental adhérent s’engage à réunir et à animer  le comité départemental du projet de candidature UNESCO. Le coordinateur départemental est chargé de  veiller au bon fonctionnement de ce comité, de conseiller les  collectivités territoriales  dans la mise en œuvre des actions, de protection, de conservation, de sensibilisation à la Valeur Universelle Exceptionnelle  de tous les publics et diffusion de la connaissance.

  • Jérôme Dumont, Président du Conseil départemental de la Meuse, co-président
  • Nicolas Fricoteaux , Président du Conseil départemental de l’Aisne co-président
  • Christian Bruyen, Président du Conseil départemental de la Marne, vice-président
  • Nathalie Robcis Vice-présidente du Conseil départemental des Ardennes
  • Béatrice Descamps-Plouvier, Vice-présidente du Conseil départemental du Nord
  • Emma Abreu Conseillère départementale de la Seine-et-Marne
  • Patrick Weiten, Conseil départemental de la Moselle
  • Nadège Lefevre, Présidente du Conseil départemental de l’Oise
  • Valérie Cuvillier, vice-présidente du Conseil départemental du Nord-Pas-de-Calais

Missions :

  • Suivre la mise en place et l’évolution de la réflexion du groupe de réflexion constitué par le Comité du Patrimoine Mondial 2021 en sa 44ème session afin d’étudier sous quelles conditions l’admission de dossiers d conflits récents peut-être en conformité avec la convention de 1972. La Belgique en est membre du Comité du Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis fin 2021.Une décision doit être adoptés à ce sujet courant 2022..
  • Faire de notre comité scientifique un groupe de réflexion transnational axé sur cette problématique de l’admission des dossiers historiques et mémoriels à l’UNESCO
  • Fédérer les acteurs locaux impliqués dans le projet de candidature : collectivités territoriales (communes et communautés de communes), organes déconcentrés de l’Etat  (DRAC et DREAL), gestionnaires locaux des biens et  autres instances présentes sur le territoire départemental  (inspection académique, associations combattantes ou historiques….). veiller au suivi des opérations administratives de protection des sites candidats. La protection forte d’un site est exigée pour toute  inscription d’un bien.
  • Animer, notamment réunir au moins une fois par an après inscription  des sites des différents acteurs afin de préparer la mise en œuvre du plan de gestion local et de programmer des actions sur le terrain centrer autour de 4 axes majeurs :
  1. Protéger,
  2. Conserver,
  3. Connaître et faire reconnaître et connaître,*
  4. Valoriser.
  • Participer aux réunions du comité interdépartemental national  en s’inscrivant dans l’une ou plusieurs des commissions de travail proposées :
  1. Protéger,
  2. Conserver,
  3. Connaître et faire reconnaître et connaître;
  4. Valoriser
  • Participer à la préparation et à l’animation de la conférence nationale.

B- La coordination du travail de terrain et le suivi permanent du dossier

Madame Damien Marie-Madeleine (perso.damien@wanadoo.fr ;  06 86 99 96 03)  coordonne l’ensemble des missions relatives au dossier et au suivi de candidature: rédaction du dossier final d’inscription en coopération avec le comité scientifique, suivi des volets techniques, accompagnement des experts, encadrement des coordinateurs départementaux. Elle est chargée  du suivi des partenariats de l’association à tous les niveaux, des collaborations avec les intervenants externes de l’association, ainsi que du fonctionnement du siège en accord avec le Secrétaire général.

C- Intervenant externe qui participe aux volets spécifiques du projet

Michel LE MOIGNE, Cartographie

Michel LE MOIGNE cartographe indépendant, diplômé de l’Ecole supérieure de Géographie Cartographie à l’Institut de géographie de Paris I en 1973.
Il a réalisé l’atlas cartographique du dossier de candidature de la partie française et la carte franco-belge du front et l’atlas des protections.

D- Les représentants des services gestionnaires des nécropoles

  • Carole Novy, directrice administrative pour la France, représentante du VDK SESMA en France
  • Sarah Camerlynck, Conservation supervisor, CWGC
  • John Desrosiers, Ministère des Anciens Combattants Canadien
  • Thapedi Massanabo, Afrique du Sud
  • Arnaldo Minuti, délégué permanent italien
  • Pedro Branco Baptista, attaché défense Portugal
  • Liliane Chanson, Ministère de la Défense
  • Philippe Esprit, ONACVG
  • Michel Hadj, Le Souvenir Français
  • Christine Landrum, Director of Collections & Preservation, ABMC

E- Les représentants des Missions ou associations partenaires

  • Alain Artisson, Mission Histoire du Conseil Départemental de la Meuse
  • Jacques Lambert, Association Terre Ardennaise
  • Jean Klinkert, Hartmannswillerkopf
  • Guy Valembois, Tourisme et Mémoire de la Grande Guerre